fbpx

Vous venez d’acheter ou de recevoir un drone ? Avant de vous lancer dans votre premier vol, vous devez connaître quelques règles. Pour ce faire, il faut poser les bonnes questions : puis-je faire voler un drone chez moi, quelle est la réglementation applicable, est-ce qu’une carte des lieux de vol interdits existe ? Nous allons justement répondre à toutes ces questions.

Piloter un drone : que dit la réglementation ?

Les drones civils ou aéronefs radiocommandés attirent l’attention de nombreux apprentis pilotes. Que ce soit pour réaliser de la photographie aérienne ou tout simplement pour la sensation immersive qu’ils peuvent procurer. Toutefois, le vol de multirotor doit être pratiqué en toute sécurité. Vous êtes alors amené à respecter la législation française. Depuis le 1er juillet 2018, la nouvelle réglementation est devenue plus stricte. En effet, elle oblige tout détenteur d’un drone de plus de 800 grammes à immatriculer son appareil. Cela doit être réalisé au registre de la direction générale de l’aviation civile.

Le drone doit voler à basse altitude, plus précisément, il ne doit pas dépasser les 150 mètres de hauteur. Au-delà, il rentrerait dans l’espace aérien des aéronefs habités. De même, il ne peut pas survoler les zones urbaines, les parcs, les plages ou les stades. Ainsi, il est interdit dans les zones sensibles comme la centrale nucléaire, les bases militaires et les zones d’aviation. En addition, l’aéronef ne peut pas voler durant la nuit. Et finalement, il ne peut pas filmer des personnes sans consentement préalable. Ces restrictions peuvent être assouplies en toute légalité à condition d’effectuer une demande d’autorisation. Cela concerne uniquement les drones professionnels.

Découvrez   Des changements sur Alpha Tango en 2024

A lire aussi: QUAND FAUT-IL UNE FORMATION DRONE ?

Les sanctions en cas de transgression

Faire voler un drone n’importe où peut exposer le pilote à de lourdes sanctions. En effet, pour atteinte à la vie privée d’autrui, le pilote est passible de 45 000 euros d’amende et un an d’emprisonnement. Concernant le survol de zones sensibles, la loi prévoit la même amende. Parfois, celle-ci peut augmenter pour atteindre 75 000 euros dans certaines situations. Enfin, sachez que le pilote de drone est toujours responsable des dommages pouvant être causés par son appareil. Dans ce cas, son assurance de responsabilité civile sera engagée.

Vol en drone professionnel en ville

Aujourd’hui, le drone a occupé une place avantageuse dans plusieurs domaines, notamment celui de l’immobilier. C’est pourquoi, il existe une réglementation dédiée à ces professionnels. Afin de bien mener leur projet, le pilote devra faire une déclaration préalable auprès de la préfecture. En effet, elle doit être faite au moins cinq jours avant la date prévue du vol. D’ailleurs, le pilote professionnel sera en mesure de présenter son attestation de suivi de formation drone.

Pour ce faire, Drone Up Academy vous propose des formations qualifiées et de haut niveau. Tous ceux désireux de piloter un drone peuvent alors s’inscrire et suivre ainsi le protocole complet. Dans cette perspective, vous trouverez plein de cours disponibles en présentiel ou à distance.

Notre centre met à votre disposition de formations adaptées aux professionnels ainsi qu’aux particuliers. Vous n’avez qu’à choisir celle qui vous correspond pour savoir piloter un drone en toute sécurité. Cela vous permet alors de connaître la réglementation aérienne édictée par la DGAC. À l’issue de ce processus d’apprentissage, une attestation vous sera livrée. Celle-ci va valider les compétences pratiques et théoriques acquises.