fbpx

L’hiver, avec ses paysages enneigés et ses lumières uniques, offre des opportunités photographiques et vidéographiques exceptionnelles pour les pilotes de drones. Cependant, voler dans des conditions hivernales comporte des défis spécifiques. Voici quelques conseils et points de vigilance à garder à l’esprit pour assurer la sécurité et la réussite de vos vols de drone en hiver.

Préparation de vol

Le froid engendre plus de contraintes qu’un vol normal et nécessite donc plus de contrôle avant de décoller. Vérifiez vos batteries ! Les températures froides peuvent réduire considérablement la performance et la durée de vie des batteries de drone. Assurez-vous que vos batteries sont complètement chargées et gardez-les au chaud avant le vol.

Vérifiez l’état de votre drone, en particulier les hélices et les moteurs, pour vous assurer qu’ils ne sont ni endommagés ni obstrués par de la neige ou de la glace. Prenez également le temps de vous préparer une aire de décollage plane en dégageant un maximum de neige et en utilisant, si possible, une plateforme de décollage rigide.

Météo et température : 

Vérifiez les prévisions météorologiques et évitez de voler par des températures extrêmement basses ou dans des conditions de neige forte et de vent. Le givre est également à redouter : en vol, il peut endommager l’objectif ou faire des dégâts en perturbant la bonne rotation des hélices par exemple ou pire….. de la glace peut se former sur l’avant des hélices (le bord d’attaque) et lui “casser” ses performances ! Le drone devient alors totalement incontrôlable ; ce point très important doit impérativement vous être enseigné lors de votre formation où température et point de rosée doivent être abordés !

table givrée au milieu de la foret

Crédit photo : POCA

 Mais neige, glace et givre sont également redoutables après le vol, au moment où ils vont fondre et pénétrer à l’intérieur de vos aéronefs qui ne sont pas étanches pour la plupart. 

Découvrez   Voyager avec son drone : quelles réglementations à l’étranger ?

Luminosité et réglages de la caméra 

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, voler dans un environnement principalement blanc n’est pas si aisé. La neige peut causer une surexposition sur vos images. Ajustez les réglages de l’ISO, de la vitesse d’obturation et, dans l’idéal, utilisez des filtres ND. Dans la neige, il n’y a pas que la caméra qui risque d’être perturbée. En effet, le comportement de la plupart de vos capteurs risque d’être altéré. On pense évidemment aux capteurs anti-collision, mais la réflectivité de la neige peut également perturber l’IMU et le compas. Dans ce cas, le drone n’aura plus la capacité de se situer correctement dans l’espace. Il risque alors de perdre en stabilité, de dériver vers une trajectoire etc. Pour minimiser ces risques, il est important de protéger les capteurs autant que possible de l’humidité et du froid et de jeter un œil au manuel d’utilisation du drone pour obtenir les préconisations du constructeur.

Sécurité pendant le vol 

 

Gardez le drone en vue. Le contraste entre le drone et le paysage enneigé peut rendre difficile le maintien de la vue visuelle. Assurez-vous de garder votre drone à portée de vue à tout moment. Vous pouvez également porter des lunettes de soleil pour garder le contact visuel. Même si cela paraît évident, il vous faudra être habillé chaudement. Veste, bonnet, mais surtout des gants (avec “tactile”) ! On peut vous assurer que piloter dans le froid sans gant devient vite une torture.

Volez à une hauteursécuritaire, c’est-à-dire ni trop haut, ni trop bas. Près du sol, les arbres ou d’autres obstacles peuvent être cachés par la neige. Plus vous monterez haut, plus la température et la pression de l’air vont baisser, le drone va donc devoir tourner plus vite et consommer plus d’énergie sur une batterie déjà mise en difficulté par la température.

Découvrez   Les drones dans la logistique : comment ils révolutionnent la livraison

Gestion de la batterie 

 

La batterie justement ! Comme vu précédemment, il est essentiel qu’elles soient chargées à fond et conservées dans un endroit chaud jusqu’au moment du vol. En vol, les lectures de batterie peuvent être inexactes par temps froid. L’autonomie restante peut par exemple chuter d’un coup. Planifiez donc des vols plus courts et gardez une marge de sécurité plus conséquente qu’habituellement pour le retour.

pexels mauro torres v 17052556

Atterrissage et après-vol 

Assurez-vous que la zone d’atterrissage est dégagée de la neige et de la glace pour éviter tout dommage au drone. Utilisez une plateforme rigide si possible. Prenez le temps de nettoyer et sécher méticuleusement votre drone après chaque vol pour éviter les dommages causés par l’humidité. Une fois que la neige ou la glace aura fondu, il sera trop tard !

 

Voler en drone en hiver peut être une expérience incroyablement enrichissante, offrant des vues et des perspectives uniques. Cependant, il est crucial de prendre en compte les défis spécifiques liés à cette saison. En suivant ces conseils et en faisant preuve de prudence, vous pouvez profiter pleinement de vos vols hivernaux tout en assurant la sécurité de votre équipement et de votre environnement.

 

Bons vols à tous,

channels4 profile

Abonnez-vous au monde caché du drone sur Unmanned TV !